Accueil > Le Collectif (ancien) > 1, rue Droite à Millau

rassemblement, larzac, solidaire, militant, organisation

1, rue Droite à Millau

dept=12

samedi 14 juin 2003, par Catherine

1, rue Droite à Millau, c’était le Q.G. (désolée, pour les trente ans du rassemblement au Rajal del Gorp, l’expression est peut-être déplacée…). C’est là où tout se passe, tout s’organise, tout se décide…. Ou presque…. Bref, c’est là que se déroule le quotidien de l’organisation du rassemblement sur le Larzac des 8, 9 et 10 août contre le sommet de l’OMC à Cancun.

Zoom…

Au 1, rue Droite, ça bouge, ça défile, ça discute, ça râle, ça rigole, et de temps en temps aussi un calme surprenant. Surprenant mais salvateur !
- Au 1, rue Droite il y a moi, il y a Bruno, il y a Guillaume. Tout le temps. Les stagiaires….
- Puis il y a Claudine, Suzanne, Pierre. Les « vétérans », les super-militants. Souvent, très souvent, presque tout le temps ! Quand ils ne sont pas partis pour une réunion, pour une manif,… et parfois aussi pour dormir, faire le jardin ou se reposer ! Tout de même !
- Et puis il y a tout les autres : les réguliers, ceux qui passent prendre les infos pour leur commission, celui qui cherche untel, celle qui veut un numéro de téléphone, un tract, une affiche,… un chèque ! S’inscrire pour le bus pour la manif contre le G8, pour le procès à Paris de Patrick Herman,…
- Christine, Gérard, Madeleine, Guillaume et son chien, Michel, Ghislaine, Jérôme…. Impossible de les citer tous !
Et le touriste de passage, l’allemand de Deutsche Telecom qui veut savoir ce que fait SUD-PTT, le militant d’Attac Clermont-Ferrand qui s’étonne qu’on ait pignon sur rue, la petite dame qui achète des jolies broderies palestiniennes, le militant écolo qui nous apporte des infos sur l’alternative aux éoliennes géantes, les jeunes beurs qui demandent ce que l’on fait pour la Palestine, le voisin qui demande s’il peut se garer devant la vitrine,….
- Et tout ceux qu’on ne voit pas. Courriers, E-Mails… Téléphone ! Qui répond ? « Paris au téléphone, c’est Jean-Marc de la Conf : vous pouvez nous envoyer ci, nous préciser ça ? », OK, OK, on va le faire. Encore téléphone ! (il faudrait une deuxième ligne, vous êtes injoignables !) « Je voudrais avoir des renseignements sur le festival de cet été…. ». Mais non ! C’est pas un festival ! C’est un rassemblement contre l’OMC ! « Je vous ai appelé il y a un mois pour proposer un groupe et je n’ai toujours pas eu de réponse… » Oui, oui, patience, s’il-vous-plaît, on s’organise, vous savez, on est tous bénévoles ! « Où en est José Bové ? Est-il en prison ? Comment faire pour le soutenir ? » Non, il n’y est pas (encore), demande de grâce, et blablabla….
- Pour sûr, ça tchatche au local. Du blabla il y en a, et pas que de la langue de bois. A la fin de la journée, parfois on se regarde, on est vidé mais on a la tête pleine, pleine de mots qui finissent par se mélanger tous.
Pour sûr aussi, il y a de la vie au local. Dans ce joyeux bordel, mine de rien, ça avance, mine de rien, on construit, on instruit, on informe, on coordonne, on organise, on se réunit, on se rencontre, on échange, on partage….

Et quelque chose me dit que, quelque soit l’issue de ce rassemblement, on a déjà réussi quelque chose. Et ça, c’est pas rien. Il y a si peu de lieux comme celui-ci où lorsque l’on entre, si l’on prend la peine d’y faire attention, on ouvre déjà une porte sur le monde, sur un autre monde.

Curieux, non, d’entrer dans un local qui ressemble à une cave et d’avoir le sentiment de pénétrer un espace immense ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?