Accueil > Comprendre, Agir > Culture > Intermittents > Soutien aux inculpés de la Star’Academy

Soutien aux inculpés de la Star’Academy

samedi 15 septembre 2007, par Auteurs divers

4 ans après la prise de parole à la Star’Academy,
4 intermittents en procès

Le 18 Octobre 2003, après 5 mois de contestation du protocole UNEDIC régissant le régime d’indemnisation du chômage des intermittents, une centaine de manifestants s’invite à l’émission Star Academy pour une prise de parole en direct.

Tandis que sur le plateau un manifestant lit un communiqué sous les applaudissements du public, d’autres sont bloqués dans le hall d’entrée, frappés par des vigiles particulièrement violents.

Trois intermittents blessés tentent de porter plainte. Ils sont alors arrêtés et placés en garde-à-vue 48 heures. Un 4ème, pris au hasard, subit le même sort.

Ils sont mis en examen et poursuivis par le ministère public pour « entraves à la liberté du travail et d’expression, violences, voies de fait. »

Ce 28 septembre 2007, ces 4 accusés seront jugés devant la 14e chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Bobigny.
Ils ne seront pas seuls, 31 manifestants qui revendiquent leur participation à cette action se portent comparants volontaires.

Pour rappeler d’abord qu’une Justice pour l’exemple, ce n’est simplement pas la Justice.

Pour rappeler ensuite que la violence n’était pas du côté des intermittents, mais bien des vigiles.

Pour dire enfin la légitimité de cette action comme de toutes celles que nous avons menées.

Nous avions raison de dénoncer la collusion entre des images fabriquant des cerveaux disponibles et la dégradation des droits sociaux.

Contre tous ceux qui résistent à la précarisation, à la casse du droit du travail et de la protection sociale, à la reconduction aux frontières, contre ceux qui simplement expriment en public leur désaccord (par une voix forte) : On frappe, on met en examen, on enferme, ...

Non au gouvernement par la peur
Non à la criminalisation des luttes

- Rassemblement le 28 septembre à 11h et pendant le procès l’après-midi devant le TGI de Bobigny (Métro Pablo Picasso) : voir Procès des Inculpés de la Star Academy
- soirée - débat et concert de soutien les 20 et 21 septembre : voir En soutien Aux Inculpés de la Star Academy : soirée débat et concert
- Faites signer la pétition de soutien : http://www.cip-idf.org/petition/ind...
Pour voir les signataires : http://www.cip-idf.org/petition/ind...

Pour nous contacter
par courriel, écrire uniquement à lesindisponibles@free.fr
Soutien financier à
"Solidaires des 4" - CIP-IDF
14/16 Quai de la Charente 75019 Paris
http://www.cip-idf.org/


LA PENALISATION DU MOUVEMENT SOCIAL

La Déclaration des Droits de l’Homme (article 2) précise que le but de toute association est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme et que ces droits sont notamment la liberté et la résistance à l’oppression. L’exercice de ce droit aboutit pourtant en France à des poursuites pénales.

Un arsenal législatif a été mis en place en Europe afin de permettre la pénalisation collective des syndicats et des associations. On se souvient à cet égard de la loi anti casseurs de 1970 en France et de la loi Tebbit de Margaret Tatcher en 1982, qui est parvenue à briser une vaste grève de mineurs, et surtout à démanteler durablement leurs syndicats, par un texte assimilant les luttes sociales à une forme de terrorisme.

L’esprit de ces textes répressifs est toujours le même : Instituer une

responsabilité collective du syndicat ou de l’association citoyenne, afin de la rendre civilement responsable sur ses biens des faits pénaux reprochés à l’un quelconque de ses membres. Il s’agit d’étrangler financièrement les collectifs militants.

Quant aux militants eux-mêmes, les condamnations pénales sont un instrument politique extrêmement efficace pour briser leurs engagements :

Après l’incarcération de José Bové en 2004 et les condamnations de faucheurs volontaires, après les condamnations des manifestants du mouvement lycéen de 2004, et celles des jeunes des banlieues en novembre 2005, des poursuites s’annoncent aujourd’hui contre les militants du RESF (Réseau Education Sans Frontière) et contre des maires citoyens, parce qu’ils tentent de soustraire les familles de sans papiers à la traque policière.

Certains préfets envisagent d’endiguer la résistance citoyenne qui se
manifeste afin d’éviter les expulsions de France des enfants immigrés, en demandant aux Procureurs de poursuivre les militants et même certains travailleurs sociaux, pour "aide au séjour irrégulier des étrangers" grâce à la combinaison de la loi sur la criminalité organisée de 2004 avec la loi "immigration choisie" de 2006. Or, les tribunaux condamnent systématiquement les militants, qu’ils soient salariés, paysans, étudiants, ou grévistes, lorsqu’ils manifestent contre un ordre injuste. Sauf à de rares exceptions, la justice refuse de se saisir de la notion d’état de nécessité, qui permettrait pourtant d’exonérer pénalement celui qui commet un délit pour défendre des valeurs supérieures, comme le droit à l’information, le droit au travail, le droit à un environnement sain, ou le droit d’asile. Mais, dans toutes ces luttes, il apparait en fait que ces personnes sont condamnées parce qu’elles contestent des politiques sociales et économiques ultra-libérales ayant pour conséquences les fermetures d’usines, les OGM et la commercialisation du vivant, la construction d’une Europe forteresse, ou la réforme des retraites.

La lutte des intermittents pour sauvegarder leur régime d’assurance chômage est l’exemple de cette pénalisation du mouvement social, caractéristique d’une justice très politique, et fonctionnant à deux vitesses : D’un côté des militants poursuivis pour des actes mineurs, de l’autre des procès interminables, aboutissant à des relaxes, comme celui du sang contaminé, ou de nombreuses affaires économiques et financières.

Evelyne Sire-Marin

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?