Accueil > Comprendre, Agir > Agriculture, OGM > « Mon colza n’est pas un OGM ! »

« Mon colza n’est pas un OGM ! »

lundi 23 juin 2014

http://www.ladepeche.fr/article/2014/06/18/1902235-mon-colza-n-est-pas-un-ogm.html

« Mon colza n’est pas un OGM ! »

Tristesse et colère dans le monde agricole local au lendemain de l’arrachage de neuf parcelles de colza d’expérimentation « Clearfield » au milieu d’un champ à Ox (commune de Muret).

Bien renseignés, les Faucheurs volontaires l’étaient certainement lorsqu’ils s’étaient rendus, une première fois, le 7 juin, à l’entrée du champ d’expérimentation loué par le CETIOM à Jean-Louis Faitg, un agriculteur d’Ox spécialisé dans le colza. Lui et ses amis avaient pu repousser les velléités des anti-OGM, avec l’aide des forces de gendarmerie, en craignant toutefois une nouvelle offensive des Faucheurs volontaires. Ces derniers sont, de fait, revenus sur les terres muretaines, probablement dans la nuit de dimanche à lundi, pour achever le travail, avec à l’arrivée neuf parcelles de colza « Clearfield » fauchées, et plus certainement encore arrachées, quand on constate les dégâts sur le terrain.

Hier encore, Jean-Louis Faitg ne comprenait pas ce qui avait pu justifier l’action des anti-OGM, « puisque le colza cultivé ne relevait pas de la législation contre les OGM et qu’il ne s’agissait que d’expérimentation pour tester la résistance de la culture aux pesticides ». Ce qu’a confirmé, en milieu de journée, la préfecture de Haute-Garonne : « Les cultures détruites relevaient d’essais de variétés hybrides qui ne sont pas des OGM, contrairement aux parcelles de maïs MON 810, lesquelles ont fait dernièrement l’objet de mesures de destruction ordonnées par le ministère en charge de l’Agriculture, en Haute-Garonne (Saubens) et Tarn-et-Garonne (Auvillar). » Henri-Michel Comet, préfet de Région, qui personnellement « regrette et condamne cette action de destruction créant de la confusion et de la tension autour d’un sujet qui mériterait un débat plus constructif entre les acteurs ».

Un débat, il y en avait eu un quelques jours avant la première tentative de fauchage, entre les dirigeants de la chambre d’Agriculture et ceux du CETIOM, à l’initiative de la semence de « colza Clearfield » à Ox. Est-ce de cette réunion que l’information aurait filtré auprès des Faucheurs volontaires ? C’est en tout cas la thèse des agriculteurs locaux, que défend bec et ongles Yvon Parayre, le président de la chambre : « Je comprends leur exaspération. Chacun se bat pour faire vivre son exploitation et des gens viennent, comme ça, tout vous détruire ! »

Côté Faucheurs volontaires, on préfère mettre en avant un produit (le colza Clearfield) promu par la firme américaine « Monsanto » et par le groupe allemand « Basf » qui le présenterait comme « l’innovation pour un désherbage raisonné du colza ». Des faucheurs qui réclament que cette variété de colza, « rendue tolérante aux herbicides par mutagenèse » disent-ils, soit incluse dans le champ d’application de la législation contre les OGM. Ce qui n’est à ce jour pas le cas.

(1) Centre technique interprofessionnel des oléagineux et du chanvre.

Déjà deux précédents en France

Adeptes de la destruction du maïs transgénique, les Faucheurs volontaires restent vigilants sur toute autre forme de culture OGM, en particulier le colza qu’ils surveillent de très près. Avant d’arracher les parcelles d’Ox le week-end dernier, ils avaient agi de manière identique, sur le même type d’essais menés par le CETIOM, d’abord une première fois au mois d’avril en Meurthe-et-Moselle, puis une seconde fois le mois dernier, c’était en Charente-Maritime.

Xavier Hurtevent

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?